Parfum passion

Atelier Parfum

L’histoire du parfum

Les premières traces d’utilisation de parfums sont estimées à l’époque de l’Égypte ancienne. C’est la grande époque de l’embaumement et durant les rituels l’encens était très présent. De plus, les femmes de la haute société prenaient des bains parfumés, avec des huiles essentielles ou des extraits de fleurs ou plantes, pour leurs bienfaits et leur odeur qui restait sur leur peau. Ensuite, ce sont les Grecs, puis les Romains qui les utilisèrent avec des macérats de fleurs dans de l’huile.

Le parfum est paru en Europe vers le Moyen Âge. C’est à la Renaissance que l’on voit vraiment se développer le parfum. Le commerce est « international » grâce aux navigateurs qui se rendent partout dans le monde. Arrivent alors de nouvelles senteurs comme la vanille et les épices.

C’est au 12e siècle que les premiers exportateurs de peaux se sont installés dans la région de Grasse. Sans doute pour la proximité de la mer qui permettait aux bateaux d’arriver tout près des lieux de transformation. Les premières tanneries se sont donc installées à Grasse.

Je ne sais pas si vous avez eu l’occasion de visiter une tannerie, ça sent vraiment mauvais, comme dirait Jean Reno dans les visiteurs, ça « puire ».

Les tanneurs qui s’étaient installés ont alors eu l’idée de parfumer leurs produits pour minimiser les mauvaises odeurs qui régnaient dans cette jolie région.

C’est ainsi que sont nés les tanneurs-parfumeurs.

Partout autour de Grasse on découvre des champs de fleurs à perte de vue.

Petit à petit cette région est devenue « le berceau des parfumeurs » et Grasse la capitale de la parfumerie.

Au début du 19e siècle, les parfums de synthèse sont apparus. Heureusement, il y a toujours des parfumeurs qui utilisent les essences de fleurs, même si cela est plus coûteux.

Par exemple, il faut 3 tonnes de pétales de roses pour obtenir 1 kg d’essence.

On comprend pourquoi de nombreux parfumeurs utilisent les essences de synthèse.

Pour moi, l’attirance pour le parfum remonte à mon enfance. Je me souviens que ma grand-mère m’emmenait avec elle dans la nature et me faisait découvrir les différentes plantes et fleurs dont elle se servait au quotidien dans la cuisine, en remèdes ou pour parfumer. J’ai tout de suite adoré toutes ses odeurs, et je prenais beaucoup de plaisir à les inhaler à pleins poumons.

C’est une passion qui ne m’a jamais quittée.

 

Et l’histoire du parfum en France passe obligatoirement par Coco Chanel.

Coco Chanel

Coco Chanel était connue pour ses robes et ses chapeaux élégants jusqu’à ce qu’elle décide de créer un parfum unique. Elle souhaitait faire plus, voici ce qu’elle disait :

« Je veux créer un parfum artificiel, je dis bien artificiel comme une robe, c’est-àdire fabriqué. Je suis un artisan de la couture. Je ne veux pas de rose, de muguet, je désire un parfum qui soit un composé. Je veux être un artisan du parfum »

Coco Chanel

Dans le monde entier, Chanel N°5 se classe comme le parfum le plus connu. Il se compose de notes chics, classiques et opulentes, relevées de citron, de néroli, de bergamote, de jasmin, de rose de mai, d’iris, de muguet, de vétiver, de santal, de musc, de vanille, de cèdre… bref, comme elle le souhaitait, une composition unique.

C’est durant un séjour sur la Côte d’Azur à Grasse, en 1920, que Coco Chanel fit la rencontre d’Ernest Beaux. C’était un des plus grands parfumeurs au monde et surtout un merveilleux créateur. Il a alors réalisé pour Coco Chanel qui savait ce qu’elle voulait, un parfum de femme. Si son parfum a porté le nom de n°5 c’est que parmi les différents échantillons proposés par Ernest Beaux, ce fut l’échantillon n°5 qu’elle avait choisi.

C’est lors de la présentation de sa nouvelle collection de robes en mai qu’elle a présenté son parfum. Marilyn Monroe, sans forcément le vouloir, a grandement contribué au succès du N°5 de Chanel, lorsqu’elle confesse ne porter qu’une goutte de Chanel 5 – et rien d’autre – pour dormir.

Bien entendu, forte de ce succès, les créations de parfums de la marque Chanel se sont multipliées, pour le plus grand plaisir de la gent féminine.

« Je ne porte qu’une goutte de Chanel N°5 – et rien d’autre – pour dormir. »

Maryline Monroe

Le pouvoir émotionnel des odeurs

Le souvenir olfactif d’une senteur ou d’un parfum nous ramène à de profonds sentiments, comme la madeleine de Proust.

Lorsqu’une odeur est présente dans l’air, nous sommes très vite stimulés par l’envie de retrouver sa source et de l’identifier. L’envie de retrouver un souvenir, un instant, un lieu, une personne, une situation déjà vécue…

Le taux de déperdition d’un souvenir olfactif n’est que de 5% contre 20% pour le souvenir visuel !

Le parfum (ou la senteur) est ancré en nous. Il fait partie de notre histoire, il nous accompagne tout au long de notre vie.

 

Le parfum est aussi notre identité.

 

Le parfum a toujours été envoûtant pour les femmes. Il représente la personnalité de celle ou celui qui le porte. Il peut être subtil ou entêtant, laisser une trace olfactive après le passage de la personne. Le parfum est une signature, l’identité que l’on veut partager. On peut aussi choisir en fonction de son humeur du moment, de l’endroit où l’on se rend ou des personnes que l’on va voir.

Mais ce peut être aussi une façon de modifier son humeur, son ressenti du moment.

Les huiles essentielles sont utilisées pour améliorer la concentration, diminuer le stress, amener une certaine sérénité, etc.

Et le parfum composé de différentes essences a les mêmes pouvoirs.

Celui de vous rendre plus heureux ou heureuse.

 

Dans les prochains articles, vous découvrirez la fabrication, la composition, les familles de parfums, la pyramide olfactive, les différentes notes…

Inscris-toi à notre newletter

Si vous souhaitez être informés de nos prochaines publication n'hésitez pas à vous inscrire !

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.